Choose any of these login options:

Tout en portant des fioritures et des perruques longues risibles

L'histoire est complexe, mais vraiment, le vissage est plus important. Tant de ces séries historiques, sous leur luxuriante, intrigue de palais, se réduisent essentiellement à qui sommeil avec qui. Louis a ses nombreuses maîtresses, principalement Henriette (Noémie Schmidt), l'épouse de son frère Philippe (Alexandre Vlahos). Cet arrangement fonctionne assez bien puisque Philippe préfère la compagnie des hommes, à savoir Chevalier (Evan Williams), un grimpeur souriant qui utilise son pouvoir sadique sur le frère du roi pour s'insinuer dans la vie de la cour.
9ccg-dny2-perruque-longue-synthetique-cl

La première traite également du cas peut-être apocryphe de la femme de Louis-Marie-Thérese (Elisa Lasowski), la reine de naissance espagnole qui donne naissance à l'enfant bâtard d'un nain africain. Son indiscrétion fournit un petit drame véritablement absorbant, ne serait-ce que parce que Lasowski fait l'enfer de son dégoût mince voilé pour Louis et les divers sycophants qui essaient de courtiser la faveur royale. La plupart des autres acteurs, surtout les hommes, semblent perdus ou déplacés, déclamant une exposition épaisse et des menaces venimeuses dans l'anglais accentué en anglais (ah, coproductions internationales!) Wigsfr, Tout en portant des fioritures et des perruques longues risibles qui suggèrent Ils essaient de libérer leur intérieur Fabio.

Un problème plus important: la série - la plus chère de l'histoire de France, selon certains rapports - semble étonnamment bon marché. La cinématographie de Pierre-Yves Bastard a souvent un lustre numérique basse-fi qui lui donne ce brillant surnaturel associé à des téléviseurs mal étalonnés. Beaucoup de plans extérieurs sont augmentés de CGI de mauvaise qualité, le plus évident dans une séquence dans laquelle Louis et un paquet de loups font un certain regard territorial. (Vous n'êtes pas non plus Liam Neeson, Blagden.) Le seul élément véritablement inspiré de cette triste histoire est la musique: Le thème des crédits d'ouverture est "Another" de M83, de leur sortie 2011 Hurry Up, We're Dreaming. Et le score électronique anachronique de Eduardo Noya Schreus, alias NOIA, donne un coup de galvanisation à ce qui est autrement une production irritantement non originale.



share on: Share it! Tweet it! Stumble it! Digg it! Email it!  |  Permalink  |  ahjgdfs in Uncategorized | Comment on this
Reader Comments

Post a Comment
Author:
Email:
(Optional)
  
ahjgdfs
Reputation: 0 (0%)
Member Since:  Nov 2016
Last activity: 3/22/17, 8:19 pm
Blog Categories